Kent NERBURN : LA COURSE EN TAXI QUE JE N’OUBLIERAI JAMAIS — kentnerburn.com

ᴄʀᴇᴅɪᴛ ᴘʜᴏᴛᴏ 📷 Pierre Blaché provenant de Pexels

Texte original:

« The Cab Ride I’ll Nerver Forget »

Kent NERBURN | kentnerburn.com
Traduction libre

Il y a une période de ma vie, il y a vingt ans, où je conduisais un taxi pour gagner ma vie. C’était une vie de cow-boy, une vie de joueur, une vie pour quelqu’un qui ne voulait pas de patron, une mobilité de tous les instants et le frisson du coup de dés à chaque fois qu’un nouveau passager montait dans le taxi.

Ce que je n’avais pas prévu en prenant ce travail, c’est que ce serait aussi un ministère. Comme je travaillais de nuit, mon taxi est devenu un confessionnal roulant. Les passagers montaient, s’asseyaient derrière moi dans un total anonymat et me racontaient leur vie.

Nous étions comme des étrangers dans un train, les passagers et moi, fonçant dans la nuit, révélant des détails intimes que nous n’aurions jamais imaginé partager à la lumière du jour. J’ai rencontré des gens dont les vies m’ont étonné, ennobli, fait rire et pleurer. Et aucune de ces vies ne m’a plus touché que celle d’une femme que j’ai récupérée aux petites heures du matin, par une chaude nuit d’août.

Je répondais à un appel provenant d’un petit immeuble en briques dans un quartier calme de la ville. Je supposais qu’on m’envoyait chercher des fêtards, ou quelqu’un qui venait de se disputer avec son amant, ou encore quelqu’un qui partait travailler tôt dans une usine de la partie industrielle de la ville.

Lorsque je suis arrivé à l’adresse, le bâtiment était sombre, à l’exception d’une seule lumière dans une fenêtre du rez-de-chaussée. Dans ces circonstances, de nombreux conducteurs se contentaient de klaxonner une ou deux fois, d’attendre une petite minute, puis de repartir. Il y avait trop de risques pour un conducteur qui se rendait dans un immeuble sombre à 2 h 30 du matin.

Toutefois, j’avais vu trop de personnes piégées dans une vie de pauvreté qui dépendaient du taxi comme seul moyen de transport. À moins qu’une situation ne présente un réel danger, je me dirigeais toujours vers la porte pour trouver le passager. Il se peut, me disais-je, que ce soit quelqu’un qui ait besoin de mon aide. Ne voudrais-je pas qu’un chauffeur fasse de même si ma mère ou mon père avait appelé un taxi?

J’ai donc marché jusqu’à la porte et j’ai frappé.

«Juste une minute», a répondu une voix frêle et âgée. Je pouvais entendre le bruit de quelque chose que l’on traînait sur le sol. Après une longue pause, la porte s’est ouverte. Une petite femme d’environ 80 ans se tenait devant moi. Elle portait une robe imprimée et un chapeau pillbox avec un voile épinglé, comme on peut en voir dans les boutiques de costumes, au magasin Goodwill ou dans un film des années 1940. À ses côtés se trouvait une petite valise en nylon. Le son provenait du fait qu’elle la traînait sur le sol.

L’appartement avait l’air d’avoir été inhabité depuis des années. Tous les meubles étaient recouverts de draps. Il n’y avait pas d’horloges sur les murs, pas de bibelots ou d’ustensiles sur les comptoirs. Dans un coin, il y avait une boîte en carton remplie de photos et de verres.

«Pouvez-vous porter mon sac jusqu’à la voiture?» dit-elle. «J’aimerais être seule quelques instants. Ensuite, si vous pouviez revenir et m’aider… je ne suis pas très forte.»

J’ai porté la valise jusqu’au taxi, puis je suis revenu pour aider la femme. Elle a pris mon bras, et nous avons marché lentement vers le trottoir. Elle n’arrêtait pas de me remercier pour ma gentillesse.

«Ce n’est rien», lui ai-je dit. «J’essaie juste de traiter mes passagers comme je voudrais que ma mère soit traitée.»

«Oh, tu es un si bon garçon», a-t-elle dit. Ses louanges et son appréciation étaient presque embarrassantes.

Quand on est montés dans le taxi, elle m’a donné une adresse, puis a demandé: «Vous pouvez passer par le centre-ville?»

«Ce n’est pas le chemin le plus court», ai-je répondu.

«Oh, ça ne me dérange pas», a-t-elle dit. «Je ne suis pas pressée. Je suis en route pour l’hospice.»

J’ai regardé dans le rétroviseur. Ses yeux brillaient. «Je n’ai plus aucune famille», a-t-elle poursuivi. «Le médecin dit que je devrais y aller. Il dit qu’il ne me reste plus beaucoup de temps.»

Je me suis penché discrètement et j’ai fermé le compteur. «Quelle route voulez-vous que je prenne?» ai-je demandé.

Pendant les deux heures suivantes, nous avons traversé la ville en voiture. Elle m’a montré l’immeuble où elle avait travaillé comme liftier. Nous avons traversé le quartier où elle et son mari avaient vécu au début de leur mariage. Elle m’a fait arrêter devant un entrepôt de meubles qui avait été une salle de bal où elle était allée danser quand elle était petite. Parfois, elle me faisait ralentir devant un bâtiment ou un coin de rue particulier et restait assise à fixer l’obscurité, sans rien dire.

Alors que les premiers rayons du soleil creusaient l’horizon, elle dit soudain: «Je suis fatiguée. Allons-y maintenant.»

Nous avons conduit en silence jusqu’à l’adresse qu’elle m’avait donnée. C’était un bâtiment bas, comme une petite maison de convalescence, avec une allée qui passait sous un portique. Deux aides-soignants sont venus jusqu’au taxi dès que nous nous sommes arrêtés. Sans m’attendre, ils ont ouvert la porte et ont commencé à aider la femme. Ils étaient attentifs et attentionnés, surveillant chacun de ses mouvements. Ils devaient l’attendre; peut-être leur avait-elle téléphoné juste avant notre départ.

J’ai ouvert le coffre et apporté la petite valise jusqu’à la porte. La femme était déjà assise dans un fauteuil roulant.

«Combien je vous dois?» a-t-elle demandé en fouillant dans son sac à main.

«Rien», lui ai-je répondu.

«Vous devez gagner votre vie», a-t-elle répondu.

«Il y a d’autres passagers», ai-je répondu.

Presque sans réfléchir, je me suis penché et je l’ai serrée dans mes bras. Elle s’est accrochée à moi fermement. «Vous avez donné à une vieille femme un petit moment de joie», a-t-elle dit. «Merci.»

Il n’y avait rien d’autre à dire. J’ai serré sa main une dernière fois, puis je suis sorti dans la pénombre du matin. Derrière moi, j’ai entendu la porte se fermer. Ce bruit était celui de la fin d’une vie.

Je n’ai pas pris d’autres passagers pendant ce service. Tout le reste de la journée, j’ai conduit sans but, perdu dans mes pensées. En fait, je ne pouvais à peine parler. Et si cette femme avait reçu un conducteur en colère, ou impatient de terminer son service? Et si j’avais refusé de prendre la course, ou si je n’avais klaxonné qu’une seule fois avant de partir? Et si j’avais été de mauvaise humeur et que j’avais refusé d’engager la conversation avec cette femme? Combien d’autres moments de ce genre dans ma vie avais-je manqué ou n’avais-je pas saisi?

Nous sommes tellement conditionnés à penser que nos vies doivent graviter autour de grands moments. Mais les réels grands moments nous prennent souvent au dépourvu. Lorsque cette femme m’a serré dans ses bras en me disant que je lui avais apporté un moment de joie, la possibilité que j’avais été placé sur terre dans le seul but de lui offrir ce dernier tour de manège m’a effleuré l’esprit.

Bref, je ne pense pas avoir jamais fait quelque chose de plus important dans ma vie.

Kent NERBURN  
kentnerburn.com

SOURCE (anglais): kentnerburn.com

Chères lectrices, chers lecteurs, Prenez avis que ce texte a été publié pour l’intérêt informatif qu’il représente en lien avec le thème abordé sur ce blog. Bien que je sois vigilante quant à la crédibilité de sa source, votre discernement doit prévaloir en tout temps. Utilisez-le. Votre hôtesse, Andree Boulay.


🌹 A n d r e e B o u l a y B l o g 🌹
ᴜɴ ʙʟᴏɢ ᴅᴇᴅɪᴇ ᴀ ʟ’ᴀᴍᴏᴜʀ ᴅᴇ sᴏɪ

Image par john Ioannidis de Pixabay
© 2019-2021 ANDREE BOULAY – TOUS DROITS RÉSERVÉS

CATÉGORIES

ARCHIVES

RECHERCHER


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.