JEFF FOSTER : AUJOURD’HUI, JE CHANTE LA MORT ! — @LifeWithoutACentre

Image provenant de lifewithoutacentre.com

Aujourd’hui, Je Chante La Mort !

Jeff Foster | lifewithoutacentre.com

La mort n’est pas ce que l’on pense, rien à voir avec ce que l’on nous a appris.

Comment je le sais? Je ne le sais pas. Je ne fais que chanter ma chanson de l’ignorance et vous êtes aussi libre de l’écouter ou de vous en éloigner que je le suis de la chanter.

La mort n’est pas une image, pas un état, pas un lieu, pas une personne; elle n’est même pas dans le domaine de l’expérience elle-même.

Mort! Douce mort! Les dogmes et les religions ont essayé de nous faire craindre ta présence, ont fait des menaces et de fausses promesses, ont séparé le paradis de l’enfer, ont séparé la vie et l’au-delà, le bien et le mal, Dieu et le diable, les forces de la lumière et les forces des ténèbres, ont fracturé l’innocente Unité originelle. L’esprit a essayé de te conceptualiser, douce Mort, aussi longtemps qu’il y a eu un esprit.

(Juste pour le plaisir, allons au-delà de tout ce que nous avons appris, imaginé ou cru. La mort viendra pour nous tous, que nous le voulions ou non…)

La mort est à peine différente de la naissance, la conception est à peine séparée de ce moment glorieux et inévitable de dissolution au-delà des limites. Nous n’avions pas peur d’être conçus ou non, pourquoi devrions-nous craindre son amante et amie, la mort? Il n’y avait pas de «je» dans les deux cas. Ah, cette expérience éphémère que nous appelons «ma vie», si précieuse, si belle, si pleine d’aventures et de liens, si désordonnée, si charnue, si terreuse, n’est qu’une minuscule bosse dans le temps, si indiciblement minuscule dans la perspective des âges.

La mort est le sommeil au-delà du sommeil et plus encore, le repos infini au-delà du repos, et rien de tout cela n’est vrai. Car il ne peut y avoir d’infini ou de conception de l’éternel lorsque le temps disparaît, ce que doit être la mort, car quand le temps a-t-il commencé? Quand l’esprit a-t-il commencé? A l’instant même, quand vous y avez pensé? La disparition du temps, de la mémoire, de l’histoire, de la fantaisie, de l’anticipation, du regret, de l’histoire de «moi et ma vie». La fin de toute souffrance. Tous nos concepts de la mort tombent dans la mort, y compris tous ces concepts, si jamais ils deviennent des concepts, et pour l’instant ce ne sont que des notes chantées. Je suis un poète aujourd’hui, je ne suis pas là pour enseigner mais simplement pour chanter.

Je ne dis pas que je sais ce qu’est la mort. Personne ne le sait. Je remets seulement en question tout ce qu’on nous a dit, fait croire, imposé, enseigné. Je me dissous moi-même dans la mort. C’est une enquête sur le vivant. C’est urgent maintenant. Il ne me reste peut-être plus beaucoup de temps.

La mort est le Mystère absolu au-delà des mystères, l’endroit d’où nous sommes sortis, l’endroit où nous retournons tous, l’endroit que nous n’avons jamais quitté. C’est tout à fait inoffensif, doux, intime, comme enfiler un pull chaud par un soir d’hiver glacial, comme enlever un masque qui a été chaud et étouffant toute la journée. C’est une expiration merveilleuse après avoir retenu notre souffle trop longtemps. C’est un repos délicieux, après un long et épuisant combat. C’est l’obscurité que nous craignions, éclairée par l’amour.

Je ne parle pas du fait de mourir, je parle de la mort elle-même, du moment de la mort bien qu’il ne puisse pas être un «moment» car c’est l’explosion du temps lui-même. Mourir peut être inconfortable, c’est certain, le processus de mort peut être douloureux, je ne nie pas la souffrance, croyez-moi! Je me suis assis avec des mourants et j’ai été témoin de leurs douleurs. La souffrance peut être infernale, mais il n’y a pas d’enfer après la mort, seulement avant. Mourir peut se produire rapidement ou lentement, mais la mort annule le temps. Certains diront que nous mourons tout le temps. Certains diront que nous nous tuons et que nous tuons la planète par notre inconscience chaque jour. D’autres diront que nos addictions sont une façon lente de nous suicider. Mais la mort elle-même n’est pas une expérience. Je le chante à nouveau, «la mort ne peut pas être vécue», et c’est ce que tout le monde oublie, comprend mal ou ne prend jamais la peine d’y penser parce que c’est trop… dangereux. Sombre. Dérangeant. Flippant! Et paradoxal. Et impossible à comprendre, à l’aide du mécanisme même que la mort détruit. La mort est la chute de l’expérimentateur lui-même, la dissolution du mécanisme même par lequel nous faisons l’expérience du monde, du chaud ou du froid, du confort ou de l’inconfort, du sommeil ou de l’éveil, du rouge ou du bleu ou du jaune tournesol, de la première lumière du matin ou du contact de la main d’un ami. Sans l’expérimentateur, il n’y a aucune possibilité de faire l’expérience de la mort ou de quelconque de ses amis.

Et donc, tout ce que nous disons sur la mort, tout ce que nous savons sur la mort, ne sera que notre rêve, notre projection, notre histoire ou celle de quelqu’un d’autre que nous avons prise pour la nôtre. Et il n’y a rien de mal à cela. Nos histoires, nos mythes, nos légendes et nos livres saints sont magnifiques. La mort devient une grande toile sur laquelle nous pouvons peindre littéralement n’importe quoi. Des royaumes enflammés de l’enfer si nous voulons nous effrayer. De merveilleuses visions éternelles de félicité si nous voulons nous réconforter. Des réincarnations en bêtes merveilleuses, des voyages fantastiques dans d’autres dimensions, si nous voulons nous réjouir ou nous divertir. Le «néant infini» si nous voulons nous faire peur. Nous rêvons ce que nous rêvons, et c’est notre mort à nous. Personne n’a raison, personne n’a tort. Nous ne sommes tous que des artistes. La mort nous emmène au-delà du bien et du mal. C’est le grand égalisateur. C’est le seul endroit où nous allons tous, jeunes et vieux, présidents et pauvres, en bonne santé et malades.

Si nous croyons au paradis, nous irons au paradis. Si nous croyons à l’enfer, l’enfer existe pour nous. Si nous croyons à la réincarnation, nous nous rendons à notre prochaine incarnation, pleins d’espoir!

Mais en l’absence de l’expérimentateur, que pouvons-nous savoir?

Je ne peux pas dire que la mort est un «sommeil sans fin» ou un «repos éternel». Je ne peux même pas dire, «la mort n’est rien». Car qui pourrait le savoir? Qui ferait l’expérience du rien? Qui se reposerait, éternellement, dans un vide infini? Qui connaîtrait la «pure conscience sans contenu»? L’idée du néant infini nous terrifie, peut-être, et si nous voulons être terrifiés, nous pouvons aussi faire ce rêve. Nous pouvons faire tous les rêves que nous voulons! Tout ce qui nous ravit, nous réconforte, nous effraie et nous pousse à nous comporter d’une certaine manière ou à satisfaire notre curiosité, nous pouvons le rêver.

Que se passe-t-il lorsque nous cessons de rêver à ce qui se passe, et que nous sommes simplement avec «ce qui est»?

Que se passe-t-il quand on se penche sur la mort, la Grande Inconnue?

Aujourd’hui, je chante l’émerveillement, le mystère et la simplicité absolue de la mort et de l’inconnu. La fin de la souffrance, la chute dans les bras de notre Dieu, nos propres bras aimants peut-être, ou les bras de l’Univers lui-même, vieux de 14 milliards d’années, et peut-être que DIEU n’est qu’un son indiquant le mystère absolu qui précède la toute première pensée, qui précède et infuse tous les mondes et les transcende tous.

Nous retournons à ce que nous sommes, et pourtant, même cela n’est pas vrai, car nous ne pouvons pas «retourner» à un endroit que nous n’avons jamais quitté, tout comme une vague ne peut jamais réellement «retourner» à l’océan. Elle a toujours été l’Océan, elle n’a jamais abandonné sa source un seul instant.

Ainsi, ici, les mots se dissolvent vraiment. Bien sûr qu’ils le font.
Que reste-t-il? Qui peut dire?
La bouche peut-elle dire ce qui précède toute bouche?
Comment pouvons-nous commencer à parler d’un sommeil si profond lorsqu’il n’y a pas de sommeil du tout?
Avant le Big Bang, avant toute notion de Dieu, avant même la notion d’«avant» qu’y a-t-il ici?

La mort n’a rien à voir avec ce que nous supposons, rien à voir avec ce que les écritures et les dogmes nous racontent, avec ce que les enseignants de l’ancien ou du nouvel âge nous enseignent, avec ce que les philosophes nous expliquent, ni même avec ce que les poètes et les artistes tentent si magnifiquement et courageusement de représenter, dont certains sont morts en essayant.

La mort est plus près de vous que votre prochaine inspiration et expiration. C’est certain. Comment peut-elle l’être sans vous?

Elle est plus près de vous que la compréhension – ou non – de ces mots, plus intime que l’amant le plus cher, aussi mystérieuse que le soleil du matin, ou le bruit de la pluie qui tombe. Comment pourrait-il en être autrement? Le soleil a toujours brisé ton cœur. La pluie tombe à l’intérieur de toi.

Quand vous étiez jeune, vous saviez toujours que le monde jaillissait de vous.

Toutes les nuits, on meurt, toutes les nuits, dans un profond sommeil sans rêve, on retourne – sans retourner – dans l’Océan, où il n’y a pas de monde, pas de temps, pas d’espace, pas d’histoire, pas d’avenir, et pourtant on se réveille, et il semble y avoir à nouveau un monde. Miracle et mystère! La mort n’est pas «définitive»!

Je chante donc la mort, le miracle qui rend tout possible, la matrice des matrices et le sang de tous les mondes, qui rend tout, en tout lieu et en tout temps, précieux, saint, digne d’une grande dévotion et vénération.

Durant les jours qui nous restent, et qui sait combien de jours il nous reste, faisons connaissance avec la mort, ou plutôt, desserrons les chaînes qui nous lient à des notions dépassées de la mort, libérons-nous de toute la honte et de la peur qui l’entourent, et reposons-nous dans sa chaude étreinte.

Nous pouvons nous cacher de la mort, mais elle ne se cachera pas de nous.

Nous pouvons faire face à la mort ou non, la fuir ou non, mais dans tous les cas, elle est proche, toujours.

Je suppose que c’est la mort qui écrit ces mots, et la mort qui les lit.

C’est peut-être la mort qui chante pour elle-même aujourd’hui!

Je ne m’attends pas à ce que quelqu’un soit d’accord avec moi ou chante avec moi, je ne m’attends pas à ce que quelqu’un comprenne ces divagations, je ne m’attends pas à ce que j’aie raison de quelque manière que ce soit, mais c’est ma chanson, et je la chante, et j’aime ma chanson, et je sens la mort près de moi maintenant que je chante…

Comme le chantait mon très cher Walt Whitman, «Mourir est différent de ce que l’on suppose, et bien plus chanceux», et peut-être que ça l’est. Peut-être que ça l’est.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

JEFF FOSTER
lifewithoutacentre.com

SOURCE DE CETTE PUBLICATION: @LifeWithoutACentre

Chères lectrices, chers lecteurs, Prenez avis que ce texte a été publié pour l’intérêt informatif qu’il représente en lien avec le thème abordé sur ce blog. Bien que je sois vigilante quant à la crédibilité de sa source, votre discernement doit prévaloir en tout temps. Utilisez-le. Votre hôtesse, Andree Boulay.


🌹 A n d r e e B o u l a y B l o g 🌹
ᴜɴ ʙʟᴏɢ ᴅᴇᴅɪᴇ ᴀ ʟ’ᴀᴍᴏᴜʀ ᴅᴇ sᴏɪ

Image par john Ioannidis de Pixabay
© 2019-2021 ANDREE BOULAY – TOUS DROITS RÉSERVÉS

CATÉGORIES

ARCHIVES

RECHERCHER

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.