RICHARD RUDD : Pour comprendre la vraie nature du réveil à venir — @mesmin.jocelyne

Image par Artheos de Pixabay

Extrait ¨Les clés du gène¨

Richard RUDD

« Pour comprendre la vraie nature du réveil à venir, on peut trouver un beau parallèle dans le cycle de vie de la libellule.

Les libellules passent une grande partie de leurs premières vies sous l’eau. En tant qu’insectes sous-marins, elles sont connues sous le nom de nymphes, et contrairement à la plupart des insectes de l’étang, elles n’ont pas à venir à la surface pour respirer de l’air. Durant leur vie, les nymphes vivent totalement sous l’eau où elles sont de redoutables prédateurs, se nourrissant de n’importe quoi; de la litière de feuilles aux petits poissons.

Au cours de cette étape, la nymphe passe par une série de «mues», étapes de maturité pendant lesquelles elle change de peau, mais demeure toujours une nymphe. Ces étapes de la vie de l’insecte peuvent durer plusieurs années, et pendant ce temps, elle n’a aucune idée de quel genre d’avenir se dessine pour elle.

Elle est en train de subir une série de mutations «cachées», puis un jour, spontanément, un gène en sommeil profond est déclenché et la nymphe fait quelque chose de totalement inusité. Elle trouve une tige d’une plante voisine et grimpe hors de l’eau.

Pour la première fois de sa vie, elle respire de l’air et ressent la lumière du soleil. Dès que la nymphe a quitté la sécurité de son environnement sous-marin, la lumière du soleil entame une transformation physique et catalyse ce qui sera sa mue finale. C’est à ce stade que la vraie magie se produit, car une nouvelle créature, cachée à l’intérieur de la nymphe, fait craquer la peau de la larve pour s’extirper à l’extérieur.

Pendant une période de plusieurs heures, quatre ailes froissés apparaissent, et le thorax effilé distinctif de la libellule commence à se déplier. Or, ce qui est d’une grande pertinence métaphorique à cette étape concerne l’élément de l’eau. En effet, alors que la libellule émergente jaillit de l’élément «eau», elle se prépare à renaître dans une nouvelle vie, dans l’élément «air», et l’eau qui se trouve encore à l’intérieur de son corps devient la clé du processus de sa transformation.

Donc, à travers un processus d’hydraulique, l’eau à l’intérieur du corps de la nymphe est pompée dans les ailes émergentes et le thorax, les amenant à se déployer et à s’étendre pour la première fois. En d’autres termes, la libellule crée sa forme aérodynamique au moyen de l’eau de son ancienne vie. Cette eau est ce qui conduit la mutation finale de la nymphe à la libellule. Dès que toute l’eau est utilisée et que la libellule est entièrement déployée, elle s’envole et commence sa nouvelle vie. »

N.B. Dû à la mauvaise qualité de la traduction de ce texte et afin d’en fluidifier sa lecture, je me suis permis quelques corrections de vocabulaire et de syntaxe. AB

Richard RUDD

¨Les clés du gène¨

SOURCE DE CETTE PUBLICATION: @mesmin.jocelyne

Chères lectrices, chers lecteurs, Prenez avis que ce texte a été publié pour l’intérêt informatif qu’il représente en lien avec le thème abordé sur ce blog. Bien que je sois vigilante quant à la crédibilité de sa source, votre discernement doit prévaloir en tout temps. Utilisez-le. Votre hôtesse, Andree Boulay.


🌹 A n d r e e B o u l a y B l o g 🌹
ᴜɴ ʙʟᴏɢ ᴅᴇᴅɪᴇ ᴀ ʟ’ᴀᴍᴏᴜʀ ᴅᴇ sᴏɪ

Image par john Ioannidis de Pixabay
© 2019-2021 ANDREE BOULAY – TOUS DROITS RÉSERVÉS

CATÉGORIES

ARCHIVES

RECHERCHER

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.