ALEX KIMPE : L’envers du décor — @chrisandresaint

Image par Holger Schué de Pixabay

«Ce n’est pas en regardant la lumière qu’on devient lumineux, mais en plongeant dans son obscurité. Mais ce travail est souvent désagréable, donc impopulaire.»

Carl Gustav Jung

Chères amies, chers amis.

Je remarque une belle évolution dans la communauté Facebook. Facebook est souvent utilisé pour se montrer sous son meilleur jour. Mais ça change, et je m’en réjouis. Surtout dans la communauté spirituelle où il y a (avait ?) une tendance à ne projeter que les aspects lumineux de la vie de la personne (ou du personnage FB).

Je voyais que cette tromperie s’accentuait encore plus chez les enseignants spirituels et en l’occurrence chez moi aussi. Personnellement, j’ai voulu éclairer cette tromperie mise en place de façon inconsciente. Et lorsque la tromperie est mise en place de façon consciente, alors c’est probablement pour des raisons mercantiles (pas de soucis, c’est juste un constat).

Tous les sages, saints & Co ont une part d’ombre. L’ombre est une partie de la psyché qui ne se connaît pas elle-même, et dont l’existence est souvent ignorée. Voilà, c’est dit, nous avons tous une part d’ombre et généralement nous en avons honte. C’est notre partie réprimée, non-acceptée par nous-mêmes et la plupart du temps rejetée par les autres.

L’ombre ne reçoit pas consciemment sa place dans la société… et pourtant elle surgit partout, il suffit d’allumer la télé à l’heure du JT.

Enseignants d’éveil, de tantra, de jeûne, de thérapies holistiques, de guérisons quantiques… coaches en tous genres ont tous une part d’ombre et ils ne le vous montreront pas, ou le moins possible (c’est humain, ce n’est pas grave!).

Mais attention, ne vous rabattez pas sur les sages connus mondialement, car eux aussi n’y échappent pas : Ramana Maharshi piquait des colères terribles lorsque les choses ne se déroulaient pas comme il le voulait dans son ashram, Nisargadatta allait visiter les femmes de plaisir, Sai Baba était un peu pédophile sur les bords, Mère Theresa était fondamentaliste et Amma a créé la multinationale du câlin.

De ces personnes, nous ne connaissons que leur sainteté, leurs sourires béats et leur gentillesse. Mais il suffit de creuser, de lire les témoignages de plusieurs de leurs disciples les plus proches, pour voir qu’ils sont pleinement humains, comme vous et moi.

Je ne viens pas d’émettre des jugements, je veux simplement montrer que l’ombre est partout et qu’il vaut mieux en tenir compte.

Je suis sympa et con, sombre et lumineux, doux et colérique, performant et défaillant… Je ne rejette plus ma part d’ombre, elle fait intrinsèquement partie de moi. C’est en l’embrassant, en m’unifiant consciemment à elle, que sa violence se transforme en force.

C’est le terreau qui produit des fleurs magnifiques. C’est la boue de laquelle émerge le lotus (boue indispensable!). Avez-vous déjà vu un arbre qui ne plongeait pas profondément ces racines dans l’obscurité et la densité de la terre?

Avant, j’essayais de dissimuler ma part d’ombre et j’étais dangereux, car elle pouvait surgir à tout moment, dans des éclats de violence. Maintenant, je vois que cette violence s’est transformée, au fil du temps, en force tranquille (attention, je ne suis pas parfait, ça m’arrive encore de «déraper», mais ça devient rare). J’ai peut-être appris à chevaucher le dragon.

Peut-être que le fait de m’ouvrir constamment à ce qui advient à la conscience, beau ou laid, ange ou démon, fait que plus rien ne me semble réellement menaçant. Je remarque que la peur est absente. Elle peut venir, mais elle n’émerge plus.

J’aime intensément mon ombre, car il s’agit de la souffrance de nous tous. Cette souffrance demande à être aimée, sinon elle s’exprimera de façon violente, probablement pour être entendue.

Je termine cet article avec trois citations de Carl Gustav Jung :

«Ce n’est pas en regardant la lumière qu’on devient lumineux, mais en plongeant dans son obscurité. Mais ce travail est souvent désagréable, donc impopulaire.»

«Tout ce qui ne vient pas à la conscience… Ce qu’on ne veut pas savoir de soi-même… Ce que nous évitons de reconnaître en nous-mêmes, nous le rencontrons plus tard sous la forme du destin.»

« La clarté ne naît pas de ce qu’on imagine le clair, mais de ce qu’on prend conscience de l’obscur. »

ALEX KIMPE
vivrecarpediem.com

SOURCE DE CETTE PUBLICATION: @chrisandresaint

Chères lectrices, chers lecteurs, Prenez avis que ce texte a été publié pour l’intérêt informatif qu’il représente en lien avec le thème abordé sur ce blog. Bien que je sois vigilante quant à la crédibilité de sa source, votre discernement doit prévaloir en tout temps. Utilisez-le. Votre hôtesse, Andree Boulay.


🌹 A n d r e e B o u l a y B l o g 🌹
ᴜɴ ʙʟᴏɢ ᴅᴇᴅɪᴇ ᴀ ʟ’ᴀᴍᴏᴜʀ ᴅᴇ sᴏɪ

Image par john Ioannidis de Pixabay
© 2019-2021 ANDREE BOULAY – TOUS DROITS RÉSERVÉS

CATÉGORIES

ARCHIVES

RECHERCHER

Un commentaire Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.