FRANCK LOPVET : L’HUMAIN N’EST PAS UN PROBLÈME À RÉSOUDRE — @transparenceducoeur

Photo de Designecologist provenant de Pexels

L’incongru de notre situation est la suivante: Imaginons qu’un arbre se prête à notre jeu de dupes en oubliant l’incroyable intelligence de la nature…

Franck Lopvet

Je suis un parent pour moi-même : Je peux me tenir devant moi, le petit moi à l’abri derrière et il est hors de question qu’on lui fasse encore croire qu’il devrait s’améliorer ou devenir autre chose que ce qu’il est. Je ne laisserai quiconque laisser croire au petit que je suis qu’il est un problème à résoudre.

L’idée n’est pas de ne jamais se remettre en cause ni de devenir un bloc de certitudes. Je reste ouvert à la découverte des multiples facettes dont je suis encore ignorant. Mais dans aucun cas, dans une démarche visant à tordre, corriger ou améliorer qui je suis, afin d’en faire une «bonne personne». Je ne suis pas une bonne personne, je suis un être humain.

L’humain n’est pas un problème à résoudre.

L’incongru de notre situation est la suivante: Imaginons qu’un arbre se prête à notre jeu de dupes en oubliant l’incroyable intelligence de la nature…

Il est là planté dans sa clairière un beau matin d’avril. Et il dit à un arbre à côté de lui : «Je ne sais pas ce que j’ai en ce moment mais je trouve que je n’ai pas assez de bourgeons. Je crois que je m’autosabote. Je dois avoir un blocage. Mais je connais quelqu’un qui va m’aider à être plus beau…» Quelques mois plus tard au cœur de l’été, se roulant dans son autosatisfaction : «Je me sens vraiment bien. J’ai beaucoup travaillé sur moi. Je sens que j’avance bien ces derniers temps…»

Vient l’automne, les feuilles tombent. Le voilà qui recommence : «Je sais pas ce que j’ai… J’ai l’impression que tout ce que je construis finit toujours par s’écrouler. Peut-être que je ne suis pas autorisé au bonheur… Je me sens pris dans une boucle… C’est toujours la même chose à cette période…»

Puis c’est l’hiver, la litanie reprend : «Je crois que quelque chose est mort en moi. Je suis fatigué. Je suis dans une forme de non-vie. Je voudrais juste exister. Je crois que je traverse la nuit noire de l’arbre. Je suis perdu…»

Enfin le printemps et notre arbre, de retour : «Je suis passé par une drôle de phase cet hiver. J’ai pris conscience de beaucoup de choses. J’ai pas mal de projets… J’espère cette fois que je ne vais pas me tromper.»

Nous ne sommes pas en vie. Nous sommes la vie. Si nous changeons, ce n’est pas grâce ou à cause de nous, c’est tout simplement parce que nous sommes la vie, que nous sommes soumis aux saisons, et comme toute la création que nous sommes soumis à la perfection de ce monde.

FRANCK LOPVET
francklopvet.com

SOURCE DE CETTE PUBLICATION: @transparenceducoeur

AVIS | Prenez avis que les textes publiés sur ce blog le sont à titre informatif. Bien que je sois vigilante quant à la crédibilité de leur source, votre discernement doit prévaloir en tout temps. Or, je vous invite à ne retenir que ce qui résonne en vous, que ce qui vous fait du bien et à laisser aller tout ce qui ne vous convient pas. AB.


❤️ A n d r e e B o u l a y B l o g ❤️
UN BLOG DÉDIÉ À L’AMOUR DE SOI

Image par monicore de Pixabay
© 2019-2021 ANDREE BOULAY – TOUS DROITS RÉSERVÉS

CATÉGORIES

ARCHIVES

RECHERCHER

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.