STEPHAN KAENEL : Comment dire merci ? — @chrisandresaint

Photo de Andrea Piacquadio provenant de Pexels

Comment dire merci ?

Par le partage… le partage par l’écriture par exemple.

Pourtant, premier paradoxe, ce texte, ce n’est pas moi qui l’écrit réellement. Oui, mes doigts tapent bien des mots sur le clavier, mais au moment où vous allez les lire, c’est bien vous qui allez recréer ce que vous avez demandé de voir. Les mots ne sont que des moyens pour vous permettre d’interpréter ce qu’ils représentent pour vous.

C’est ça le principe de l’Unité, qui n’est pas un principe d’ailleurs, car l’Unité, c’est tout simplement ce que nous Sommes. Mais allez comprendre cela dans un monde qui nous montre exactement l’inverse, à savoir la séparation, la dualité, la limitation par le temps, l’espace et les formes… Nous savons déjà que nous sommes cet Unité, mais dès que nous cherchons à le comprendre avec la tête, nous semblons perdre cette connaissance.

Pourquoi ?

Parce que comprendre est le mécanisme que nous avons inventé pour mettre de la distance entre ce qui est perçu et ce qui perçoit, utilisant le temps, l’espace et les formes justement pour créer cette apparente séparation entre nous et l’Univers. Nous voulons voir cette Unité et nous demandons continuellement à l’Univers des preuves que c’est vrai.

Vu que nous sommes de parfaits créateurs de perception, en demandant à l’Univers des preuves, nous déclarons que nous sommes séparés de nous-mêmes, en demandant de voir des preuves à l’extérieur de nous-mêmes. Ces preuves sont nos créations. Elles prouvent notre pouvoir, pas notre Unité.

Que faut-il faire alors pour ne plus se faire avoir par ce monde d’illusion qui nous fait croire que nous sommes ce que nous ne sommes pas ?

C’est simple. Il faut jouer avec des idées pour tout remettre en question, afin de réaliser par soi-même ce qu’il en est exactement. Prenons par exemple les verbes « voir » et « entendre ». Nous pensons peut-être que nous voyons le monde grâce et avec nos yeux et que nous entendons ce qui s’y passent grâce et avec nos oreilles.

Vraiment ? Est-ce que ce sont les yeux qui voient ? Est-ce que ce sont les oreilles qui entendent ?

Alors dite-moi pourquoi certains aveugles regardent le monde d’un tout autre oeil ? Et que parfois, ils le voient et le décrivent tel qu’il est vraiment… Alors pourquoi dite-moi pourquoi les sourds sont très à l’écoute de ce qui se passe en eux et entendent leurs pensées ?

Pensez-y… Avez-vous besoin de vos yeux pour voir et entendre vos rêves la nuit ?

Cela dit, vos yeux et vos oreilles sont un véritable cadeau, car ils projettent en vous le monde extérieur en image et les bruits afin que vous puissiez l’interpréter à votre manière. Cette interprétation, c’est votre oeuvre, c’est votre création.

Le monde apparent est neutre. Ce qui se passe devant vous est neutre. Les événements sont neutres, ce sont juste des faits, rien d’autre que des faits. C’est comme un tableau blanc. Et par votre interprétation, vous racontez une histoire à son propos en y ajoutant vos propres couleurs, vos propres sentiments, vos propres souvenirs… Cette histoire raconte en réalité qui vous pensez être.

Ce tableau est un miroir, ils reflètent vos croyances. Ainsi vous pouvez voir ce que vous croyez. « Je vois ce que je crois » ou si vous préférez « je vois ce que je crée ». Vous êtes Un avec votre création, car tout est à l’intérieur de vous. Mais en pensant que ce qui se passe est à l’extérieur de vous, vous créez une séparation entre vous et vous, afin de vous donner l’illusion de cette séparation dans un monde conçu exprès pour cela.

Le miracle est accompli. Ok, si on joue avec l’idée qu’on est Un, que se passe-t-il avec le fait d’aimer ?Comment devient possible l’Amour des autres ? Par l’Amour de Soi. Et l’Amour de Soi passe par la Connaissance de Soi. La croyance d’un petit moi séparé des autres représente un obstacle, car cette illusion nous éloigne de ce que nous Sommes.

Nous ne pouvons pas nous aimer si nous ne savons pas qui nous sommes vraiment. Mieux encore. La Connaissance de Soi entraîne automatiquement l’Amour de Soi qui, en réalité, est un étrange paradoxe : nous ne pouvons pas ne pas nous aimer, car nous Sommes Amour. L’Amour peut s’oublier, mais il ne peut pas s’aimer ou ne pas s’aimer, il est Amour.

Une fois que nous découvrons que nous sommes Amour, puis que nous réalisons que nous sommes Un avec les autres, nous prenons conscience alors que les autres sont pareils que nous, ils sont Amour, ils sont Nous. Comment ne pas aimer l’Amour que nous sommes, peu importe l’image qu’il prend ? Nous pouvons même aimer ce petit moi séparé, car il est notre création. Ce que nous créons est Amour, car l’Amour ne peut pas créer autre chose que de l’Amour.

Et la peur alors ? La peur n’est que l’effet d’une cause très simple : l’oubli de ce que nous Sommes. Si nous pensons être des personnes séparées, nous allons nous attacher à notre vie et à tout qui s’y rattache : notre famille, notre travail, nos biens matériaux, notre passé, nos histoires… Et lorsque nous nous attachons aux expériences de ce monde, nous pensons les aimer. En réalité, nous avons surtout peur de les perdre.

Chercher l’Amour à l’extérieur de Soi crée la séparation d’avoir Soi. Car tout est en Nous. Mais une fois que ceci est réalisé dans le coeur et non dans la tête, alors toutes nos actions vont être portés par cet Amour. Et vous devinez ce qui se passe ensuite ? Vous recevez instantanément de l’Amour, car il n’y a pas de séparation entre donner et recevoir.

C’est ainsi que vous recevez des réponses en même temps que vous vous posez des questions. Tout s’accélère, car au moment où vous avez compris qu’il n’y a en réalité pas de séparation entre les questions et les réponses, entre donner et recevoir, entre amour et peur, que tout fait partie d’un Tout, alors vous pouvez commencer à embrasser tout ce qui vous arrive.

Il n’y a pas de séparation entre l’observateur et ce qui est observé. Il n’y a pas de séparation entre le créateur et sa création. Lorsque vous agissez avec Amour et une parfaite confiance en ce que vous êtes, à peine avez-vous chéri une idée qu’elle fait déjà partie de votre expérience. Avec l’idée « c’est déjà fait ou c’est déjà le cas », vous n’avez même plus besoin de preuve dans le monde de la forme, vous le ressentez avant même que cette idée ne se manifeste en face de vous.

C’est le fameux pouvoir de la gratitude. Lorsque vous émettez un souhait d’expérience et que vous dites « merci », vous déclarez que c’est déjà fait.

Alors comment dire merci ?

Par deux sourires réunis en cet instant par exemple… !

STEPHAN KAENEL
stephankaenel.com

SOURCE DE CETTE PUBLICATION: @chrisandresaint

AVIS | Prenez avis que les textes publiés sur ce blog le sont à titre informatif. Bien que je sois vigilante quant à la crédibilité de leur source, votre discernement doit prévaloir en tout temps. Or, je vous invite à ne retenir que ce qui résonne en vous, que ce qui vous fait du bien et à laisser aller tout ce qui ne vous convient pas. AB.


❤️ A n d r e e B o u l a y B l o g ❤️
UN BLOG DÉDIÉ À L’AMOUR DE SOI

Image par monicore de Pixabay
© 2019-2021 ANDREE BOULAY – TOUS DROITS RÉSERVÉS

CATÉGORIES

ARCHIVES

RECHERCHER

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.