SOPHIE MAEGERLIN : Le grillon et le papillon — @sophie.maegerlin

Image provenant de Facebook

Chronique du reconfinement 6

par Sophie Maegerlin | 07 11 2020

Aujourd’hui plus personne ne se perd. Chacun bénéficie du Système de Géolocalisation par Satellite.

Il est pratique de savoir où nous sommes et où nous allons. Au moindre doute, la charmante hôtesse nous indique: dans 200m tournez à droite, au rond-point prenez la troisième sortie. Quantité de problèmes sont ainsi évités, vous savez à quelle heure vous allez arriver à destination et quiconque serait branché sur votre véhicule le saurait aussi.

Les vieilles cartes papier sont désormais des objets de brocante, elles donnaient pourtant une vue d’ensemble qui nous faisait apprécier les distances. Cette appréciation est maintenant laissée aux drones, ces instruments de l’inquisition, qui nous prennent de haut.

Bien que nous nous acheminions vers toujours plus de géolocalisation, de surveillance et de reconnaissance, nous vivons encore à une époque où nous pouvons rester cachés. Une époque dans laquelle nous pouvons presque disparaître. Loin de le déplorer, nous devrions nous délecter de ce fragile privilège.

On nous a persuadé que rester sans «visibilité» était le signe d’un échec, on nous a murmuré qu’il était enviable de briller, d’attirer les regards, de devenir le centre d’attraction, et qu’à défaut de devenir «quelqu’un», nous tomberions en disgrâce de n’être «personne».

Il se pourrait très rapidement, que n’être personne devienne un luxe inestimable et qu’échapper aux objets connectés relève de la rébellion. Ne nous lamentons pas de ne pas parader dans la vitrine comme une œuvre d’art prête à déclencher les sirènes.

Le poète gardois, Jean-Pierre Claris de Florian, qui dort au cimetière des Félibres, aimait à raconter des fables qu’il empruntait aux Grecs et aux fabulistes allemands. L’une d’elle a traversé les remous et les brumes de l’Histoire, pour nous apporter sa modeste sagesse. Elle raconte les plaintes d’un grillon en train de se comparer à un magnifique papillon, quand une troupe d’enfants arrive dans la prairie où se déroule la scène. Fascinés par les chatoyantes couleurs du papillon, les bambins entreprennent aussitôt de le démembrer. Le grillon fait alors cette réflexion que nous pourrions reprendre à notre compte:

«Oh! oh! dit le grillon, je ne suis plus fâché; Il en coûte trop cher pour briller dans le monde. Combien je vais aimer ma retraite profonde! Pour vivre heureux, vivons caché.»

La situation nous invite à nous interroger sur nos prétendues valeurs. La liberté qu’on nous reprend aussi facilement, n’était peut-être pas aussi réelle qu’on le pensait… Nous l’avons réduite à un pauvre choix d’orientation, oubliant qu’elle pulvérise tous les chemins et tous les horizons, que rien ne peut la contenir et encore moins l’obliger.

Ce n’est pas le fait porter un masque qui me dérange, c’est l’obligation de le faire. Se masquer n’a rien à voir avec le fait de rester caché, au contraire. Le masque est une étiquette, un indicateur de notre soumission. Il crée de nouveaux conditionnements et trace de nouvelles ornières: «avancez sans vous retourner», dit la douce voix du Système de Géolocalisation par Satellite: «vous arrivez à destination».

Oui, mais laquelle?

SOPHIE MAEGERLIN
Sophie Maegerlin 

SOURCE DE CETTE PUBLICATION: @sophie.maegerlin

AVIS | Prenez avis que les textes publiés sur ce blog le sont à titre informatif. Bien que je sois vigilante quant à la crédibilité de leur source, votre discernement doit prévaloir en tout temps. Or, je vous invite à ne retenir que ce qui résonne en vous, que ce qui vous fait du bien et à laisser aller tout ce qui ne vous convient pas. AB.


❤️ A n d r e e B o u l a y B l o g ❤️
RAYONNER SA BEAUTÉ INTÉRIEURE

Image par monicore de Pixabay
© 2019-2021 ANDREE BOULAY – TOUS DROITS RÉSERVÉS

Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes:

  • qu’il ne soit pas coupé
  • qu’il n’y ait aucune modification quant au contenu
  • que la SOURCE DE CETTE PUBLICATION soit mentionnée et relayée
  • que vous fassiez référence au site https://andreeboulay.ca

CATÉGORIES

ARCHIVES

RECHERCHER

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. salut j aime les papillion

    Aimé par 1 personne

    1. MadameB dit :

      Merci de votre présence sur ce blog! J’espère que vous y ferez d’autres belles découvertes! 🙏

      Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.