STEPHAN SCHILLINGER : L’intelligence du vivant — @paruncurieuxhasard

Image provenant de @paruncurieuxhasard via Facebook

Extrait du livre «Par un Curieux Hasard»

– Tome 3 – disponible en ligne

© Stephan Schillinger

— Maître, je crois que je ne manque de rien dans ma vie, mais pourtant je suis insatisfaite… J’en arrive à saboter mon bonheur, je me crée des problèmes là où il n’y en a pas… j’ai tendance à angoisser et avoir peur, alors que tout va bien.

— La peur est l’outil principal de notre mental pour nous protéger. Le cerveau est cette machine ultra-sophistiquée, dont un des logiciels est dédié à la détection et la résolution de problèmes, afin de protéger l’individu à l’aide de son outil principal : la peur.

Nous devons notre survie en tant qu’espèce à ce programme extrêmement performant, de détection de problèmes.

Malgré son utilité, c’est une couche de plus qui nous sépare de ce dont le monde manque cruellement, l’amour, la reconnexion à la conscience, la présence, l’expérience directe de «ce qui est» par le corps. Ces considérations-là, ne se trouvent pas dans notre mental, que nous pourrions associer à l’ego, mais au niveau du coeur, que nous associons à l’existence de quelque chose d’infiniment plus grand, plus profond : l’âme.

Certaines personnes sur-mentalisées, ont un mental qui fonctionne extrêmement bien, d’une redoutable efficience, car leur programme a été renforcé par des blessures extrêmement vives et profondes. Quand à un moment il leur a été nécessaire de pouvoir continuer à avancer debout pour survivre à certains traumas, il est devenu la TOUR DE CONTROLE de notre individu.

Ce formidable outil de protection et de détection de problèmes (le mental, l’ego) est alors en surchauffe permanente. Quand tout va bien, comme dans ta vie, il ne peut accepter le chômage technique, qui serait cessation de sa raison d’être : Survient alors la création de problèmes fictifs. C’est là que nait le sabotage du bonheur.

Certaines personnes, victimes de cet état, deviennent incapables de ressentir, de vivre le moment présent, victimes de la dictature du mental, de l’ego, outil surperformant de protection des blessures.

Il s’agit, alors, avec une douceur infinie, de déplacer la tour de contrôle de quelques centimètre vers le bas, au niveau du plexus. Là où se joue la Vie, au delà des concepts ou les stratégies. Là, où se joue l’instant présent à travers le ressenti, à travers l’expérience directe de ce qui est, au delà des mots. Là, où la tour de contrôle devient un puits, un puits de non-contrôle, duquel nous pouvons puiser dans L’INTELLIGENCE DU VIVANT.

STEPHAN SCHILLINGER
Par un Curieux Hasard - Stephan Schillinger

SOURCE DE CETTE PUBLICATION: @paruncurieuxhasard

AVIS | Prenez avis que les textes publiés sur ce blog le sont à titre informatif. Bien que je sois vigilante quant à la crédibilité de leur source, votre discernement doit prévaloir en tout temps. Or, je vous invite à ne retenir que ce qui résonne en vous, que ce qui vous fait du bien et à laisser aller tout ce qui ne vous convient pas. AB.


❤️ A n d r e e B o u l a y B l o g ❤️
UN BLOG DÉDIÉ À L’AMOUR DE SOI

Image par monicore de Pixabay
© 2019-2021 ANDREE BOULAY – TOUS DROITS RÉSERVÉS

CATÉGORIES

ARCHIVES

RECHERCHER

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.