Le temps qui passe

le

Résumé:

Actuellement, plusieurs souffrent, à différents égards. Toute souffrance est potentiellement porteuse d’espoir. Suffit de voir ce que nous comprenons de celle-ci, suffit de voir quel éclairage la conscience place sur celle-ci.

Je souhaite que pour une fois nous nous souvenions, réellement. Que nous nous souvenions de ce qui compte pour vrai. Que nous nous souvenions de ces proches dont nous avons été privés, de ces lieux que nous aimions fréquenter, de ces voyages que nous aimions planifier. De cet autre que nous regardions du coin de l’oeil, nous questionnant si nous voulions entrer en relation ou non avec lui ou elle. Que nous nous souvenions que nous étions loin d’être toujours ouvert à cet autre. Que nous sommes loin de l’être encore… Que nous nous souvenions de tout ce qui reste à faire pour apporter un peu plus de « nous » dans le « je » d’un monde qui voit son individualisme mis à rude épreuve en ce moment. Qui se souvient soudainement que sans un minimum de solidarité, nous ne pouvons y arriver. Que ce soit pour se rappeler des plus faibles qui ont besoin d’être protégés d’un virus dont nous ne savons que très peu de choses au final. Et je parle ici de la science, pas du quidam qui « fait ses recherches ». Ou que ce soit de ceux « qui font leurs recherches », pour nous faire voir qu’il y a quand même plusieurs choses qui clochent dans la façon de traiter une situation qui, disons-le, est une première mondiale pour la majorité…

La lumineuse

« Avec le temps
Avec le temps, va, tout s’en va
On oublie le visage et l’on oublie la voix
Le cœur, quand ça bat plus, c’est pas la peine d’aller
Chercher plus loin, faut laisser faire et c’est très bien… »

Cette chanson de Léo Ferré joue en boucle depuis quelques temps sur ma « playlist » Livresse franco-retro (disponible sur Spotify – petite pub en passant pour Julie 😉) et l’inspiration m’est venue de disserter sur le temps qui passe. Ce temps qui passe pour la majorité en confinement. Qui passe trop lentement, qui passe trop vite…

… c’est pas la peine d’aller chercher plus loin, faut laisser faire et c’est très bien…

Que cherchons-nous encore? Laissons-nous aller les choses, laissons-nous faire?

Certes non. Et c’est très bien…

Actuellement, plusieurs souffrent, à différents égards. Toute souffrance est potentiellement porteuse d’espoir. Suffit de voir ce que nous comprenons de celle-ci, suffit de voir…

Voir l’article original 1 200 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.