JEFF FOSTER : DES RAISONS DE CÉLÉBRER — @divinepagaille

Image par Liam Ortiz de Pixabay

Quand tu es désarçonné, réjouis-toi.

Dans ce moment-ci, tu es libre d’avoir à connaitre, tu es libéré du fardeau de l’expertise. Il n’y a pas de passage qui conduise de la confusion à la clarté; tu vois clairement la confusion, et ainsi la clarté est déjà plus proche.

Quand tu as des doutes, réjouis-toi.

Tu es resté curieux et tu ne t’es pas installé dans les réponses d’occasion ni ne t’es fixé sur une conclusion. Tu es libre de la certitude, la grande arme de l’ego, indubitablement.

Quand tu ressens de la peur, réjouis-toi.

Tu te meus dans l’inconnu, en quittant le monde connu, le monde mourant, l’ancien monde. Tu fais un pas dans le nouveau. La peur et l’excitation sont si proche ici. L’armure illusoire du moi séparé se brise. La vie t’ inonde. La peur essaie de te protéger; salue-la.

Quand tu ressens de la colère, réjouis-toi.

Ressens sa férocité, sa puissance, le cri d’un vélociraptor. La vie surgit à travers toi, brute, non filtrée. Tu es au bord de trouver ta chanson, de combattre pour une cause avec passion, de te lever pour ceux qui sont sans voix, sachant ce que tu vaux. La colère est reliée au courage, à ta bonne volonté d’aller vers la vie et de protéger ce que tu aimes, même en face du danger.

Quand tu es perdu, réjouis-toi.

Dans chaque grand voyage, les héros perdent leur chemin parfois, doutent de leur pouvoir quelquefois. Perds-toi, et trouve-toi toi-même. Trouve la présence, la respiration, le battement du cœur. Fais le pas de géant de ne pas savoir quel pas faire; un pas parfait. Aie confiance dans le doute également. Et ton chemin de trouvera, moment après moment. Ton véritable chemin ne peut pas être perdu, jamais.

Quand tu te sens en peine, réjouis-toi.

Tu n’es pas anesthésié. Tu n’as pas fermé ton cœur à l’indésirable. Tu es largement ouvert à la vie, sensible. Cette vieille amie familière est venue te voir pour que tu l’aides. Elle n’est pas une erreur. Elle veut seulement se réchauffer au feu de ta présence, et qu’il lui soit donné une place à la table, près de la joie.

Quand tu sens que tu ne peux pas te réjouir de la vie, réjouis-toi.

Tu es honnête, tu dis la vérité du moment, et tes yeux sont ouverts.

JEFF FOSTER
https://www.lifewithoutacentre.com

SOURCE DE CETTE PUBLICATION: @divinepagaille

AVIS | Prenez avis que les textes publiés sur ce blog le sont à titre informatif. Bien que je sois vigilante quant à la crédibilité de leur source, votre discernement doit prévaloir en tout temps. Or, je vous invite à ne retenir que ce qui résonne en vous, que ce qui vous fait du bien et à laisser aller tout ce qui ne vous convient pas. AB.


❤️ A n d r e e B o u l a y B l o g ❤️
RAYONNER SA BEAUTÉ INTÉRIEURE

Image par monicore de Pixabay
© 2019-2020 ANDREE BOULAY – TOUS DROITS RÉSERVÉS

Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes:

  • qu’il ne soit pas coupé
  • qu’il n’y ait aucune modification quant au contenu
  • que la SOURCE DE CETTE PUBLICATION soit mentionnée et relayée
  • que vous fassiez référence au site https://andreeboulay.ca

CATÉGORIES

ARCHIVES

RECHERCHER

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.