DANIEL MEUROIS : UN DESTIN POUR LA TERRE — @DanielMeurois

Free Sans fin Stock Photo de FreeImages

Ami(e)s qui me lisez,

Je ne craindrais pas de vous poster ici, une fois encore un passage assez long et dense, que j’ai eu le privilège d’avoir à retranscrire il y a déjà environ 3 ans. Celui-ci est extrait du chapitre 11 du tome 2 du « Livre secret de Jeshua ».

Les Elohim s’y adressent à Jeshua et brossent l’histoire de notre planète – Eretz – et de son défi dans notre univers. Une invitation à la réflexion sur les forces qui s’y rencontrent ainsi que dans le cœur humain. Un texte à lire lentement et sur lequel il faut avoir le courage de s’attarder… Il n’est pas tout à fait anodin par les temps qui courent.

Daniel Meurois

« Au début, il y avait un vide semblable à une profusion… Il était comme un Puits quelque part dans l’Univers des univers, Celui qui ne se nomme pas. Et ce Puits, ce vide-plein, était noir d’un côté et blanc de l’autre parce qu’Il était Tout à la fois.

Alors, de Lui a jailli un Son et de ce Son est aussitôt né le Nectar du Vivant qui était également une onde riche de cent quarante-quatre mille soleils et d’une multitude de mondes. C’était en même temps une Conscience, une pensée destinée à devenir multitude. C’était une pensée libre de jouer avec le Blanc, avec le Noir et avec toute Idée ; libre même de s’éparpiller jusqu’à l’illusion de la dissolution. Et elle s’éparpilla, courant en elle-même après la Mémoire du Puits à travers des myriades de Terres.

Et cela fut… jusqu’à ce que dans une volonté de rassemblement en émerge une Fraternité et, parmi d’autres, une Terre qui criait plus que toutes les autres.

Celle-là se nommait Eretz (1) dans la langue des Étoiles à cause du Son qui était le sien. Mais Eretz était ensemencée de consciences éparpillées, toutes issues de mille poussières d’Étoiles dissoutes.

Alors, la Fraternité l’a contemplée et s’est mise à l’aimer à cause de l’Amour et pour la richesse de l’éparpillement dont elle souffrait.

« Enfantons d’un Projet, dit-elle, un Plan pour réunir ce qui est séparé en un tel monde d’Oubli. »

Une voix s’en est bientôt élevée. Elle portait le nom d’Ishtar et se paraît d’un grand éclat.

« Vous regardez vers moi, fit-elle, car je me souviens de l’Oubli qui fut aussi un jour le mien. Parce que j’ai reçu l’Amour et que je l’ai découvert pour le donner, je ferai donc d’Eretz ma sœur. J’y planterai ma pensée et celle-ci l’ensemencera sur ses hauteurs. En secret et derrière mille noms, pendant dix-huit millions d’années lourdes, j’y serai patiente et j’y jardinerai jusqu’à ce qu’y pousse Shimbolom… bien enracinée entre terre, lune et soleil, à mi-chemin entre ce qui est visible et ce qui ne l’est pas. »

Ainsi est né Shimbolom (2), afin d’incarner le Plan sur Eretz… Mais les hommes de ce monde pris par l’Oubli étaient rétifs et emplis d’orgueil ; alors, au sein de la Fraternité, il s’en trouva pour dire :

– « Les hommes de cette Terre sont trop lents, aveugles et arrogants, ce Plan n’est pas bon pour eux. Il en faut un autre pour changer la nature profonde de leur corps et les pouvoirs de leurs pensées. Œuvrons pour un autre Plan afin de créer un peuple apte à éduquer les autres. Pour ce projet mêlons notre sang au leur. »

Mais ceux-là ne comprenaient pas que la liberté est le plus précieux des trésors et que le Vivant qui imprègne tout connaît les justes rythmes de la floraison des uns et des autres.

À leur tour, ils devinrent donc arrogants… Ils brisèrent alors l’unité de la Fraternité et certains d’entre eux s’implantèrent sur Eretz tout en continuant à se déployer dans les cieux afin de trouver des alliances.

On leur donna le nom d’Archontes.

Ceux de la Fraternité les observèrent décider de ce que devait être, selon eux, l’ordre du monde d’Eretz. Ils les observèrent patiemment… ils les virent même intervenir de façon anarchique dans la vibration de la chair de certains hommes […]. Il y eut des fautes, des pulsions de pouvoir et ainsi furent engendrés les Néphilims (3).

Ainsi fut semé aussi l’état de conscience qui allait animer Sodome et Gomorrhe. Enfin, ils les virent se tourner vers la Grèce et d’autres lieux de ce monde.

Mais c’était assez… Au cœur de la Fraternité, une voix s’est alors fait entendre. Elle traduisait l’union d’âmes qui avaient conçu le Plan ; c’était celle d’Élohim, multiple mais une.

– « Ne ferons-nous rien ? clama-t-elle. Voici le temps de solliciter toute la Présence de Shimbolom maintenant que la Dispersion a usé de sa liberté ! »

Et c’est ainsi que du Centre de Shimbolom, celui qui allait devenir Moshé (4) , né du peuple de la Terre Rouge, fut envoyé aux hommes. Et c’est ainsi également qu’Orphée fut missionné (5).

Il fallait rebâtir la pensée, redresser les âmes et nettoyer les cœurs…

Cela fut accompli… mais pris par l’attraction d’Eretz, les Archontes ne s’en retirèrent pas. Peu à peu, ceux qui savaient lire la vie les virent habilement prendre des masques d’hommes et jouer dans les labyrinthes de tous les pouvoirs.

Alors l’œuvre unificatrice de Moshé a commencé à en souffrir. Les hommes se sont pétrifiés autour d’elle par crainte d’une autre dispersion et Shimbolom ne fut plus qu’un rêve, un symbole expulsé du cœur.

Voilà pourquoi Élohim s’est à nouveau levé et a convoqué les Nuées qui, depuis les cieux, ne cessaient d’observer Eretz.

« Il nous faut un esprit de cristal, une âme unifiée, un corps pur car la double conjonction sera bientôt là puisque les Soleils se donnent rendez-vous. Comment espérer la floraison d’Eretz si l’Amour pur ne vient pas lui ôter les écailles du passé ? Nul ne saurait grandir s’il traîne un rocher derrière lui ! »

Tous se tournèrent dès lors vers Shimbolom et plusieurs couleurs d’âme furent convoquées, plusieurs noms furent cités…

Alors, je me suis souvenu… Tous les yeux étaient dirigés vers moi. Des yeux de douceur et de force. Des regards aussi d’une inflexible sagesse. Il y en avait d’hommes, il y en avait de femmes et tous étaient également chargés de paroles si lourdes d’interrogations…

« Ainsi, il se peut que ce soit toi… En acceptes-tu le poids, Sananda ? »

Alors, j’ai répondu :

– « Oui… » en même temps qu’un nom et une pensée se plantaient en moi telle une couronne ou une lance… « Jeshua, oui, c’est cela… oui, j’habiterai le nom, le corps et la vie de celui-là… »

C’est de cette façon que le Béni est alors venu, par un peuple, mais pas pour un peuple… Pour une humanité, celle d’Eretz, bloquée dans le labyrinthe de l’Oubli… »

____________________

(1) Eretz : Nom hébreu donné à la Terre

(2) Shambhalla

(3) Dans la Bible, les Néphilims sont définis comme des géants – qui trouvent leurs équivalents dans la mythologie grecque – corrupteurs des hommes. Leur nom signifie : « Ceux qui font tomber ». « Les Néphilims se trouvaient sur la Terre en ces jours-là, et aussi après cela, quand les fils du « Vrai Dieu » continuèrent d’avoir des rapports avec les filles des hommes et leur donnèrent des enfants : ils furent les hommes forts du temps jadis… » Génèse 6: 1-4

(4) Moïse

(5) Orphée est un des héros de la Grèce antique. On lui attribue l’origine d’un mouvement initiatique appelé Orphisme lié aux Pythagoriciens. En tant qu’Avatar ayant réellement existé, il s’est appliqué à faire de la mythologie grecque un tout cohérent et initiatique en attribuant aux Archontes et à certains Nephilims des valeurs symboliques sous la forme de divinités ou demi-divinités avides de pouvoir face au peuple humain. (Voir « Récits d’un voyageur de l’Astral », du même auteur). La mythologie scandinave témoigne aussi à sa façon du passage des « dissidents » de la Fraternité des Élohim.

DANIEL MEUROIS
Daniel Meurois, Écrivain

SOURCE DE CETTE PUBLICATION: @DanielMeurois

AVIS | Prenez avis que les textes publiés sur ce blog le sont à titre informatif. Bien que je sois vigilante quant à la crédibilité de leur source, votre discernement doit prévaloir en tout temps. Or, je vous invite à ne retenir que ce qui résonne en vous, que ce qui vous fait du bien et à laisser aller tout ce qui ne vous convient pas. AB.


❤️ A n d r e e B o u l a y B l o g ❤️
RAYONNER SA BEAUTÉ INTÉRIEURE

Image par monicore de Pixabay
© 2019-2020 ANDREE BOULAY – TOUS DROITS RÉSERVÉS

Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes:

  • qu’il ne soit pas coupé
  • qu’il n’y ait aucune modification quant au contenu
  • que la SOURCE DE CETTE PUBLICATION soit mentionnée et relayée
  • que vous fassiez référence au site https://andreeboulay.ca

CATÉGORIES

ARCHIVES

RECHERCHER

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.