JEFF FOSTER : PITIÉ ! — lifewithoutacentre.com


Rayonner sa Beauté
Photo de la publication de Jeff Foster

PITIÉ !
Un texte de Jeff Foster
Depuis sa page LifeWithoutACentre

La vie me coupe le souffle.

Et elle me donne un nouveau souffle.

Tu vois, je suis né brisé, ouvert à la vie, je suis né avec un cœur fissuré ouvert à la sensation d’une goutte de pluie ruisselant le long de la nuque, au mystère d’un cil, d’un orteil et d’un doigt, à l’indicible bruit du saule bruissant à la première lumière et des hirondelles espiègles riant dans le ciel clair alors qu’elles rentrent chez elles. Au pouvoir vital du chagrin et de la rage, des terreurs de la nuit et du jour grondant au cœur de la douceur de mon ventre, du tendre noyau d’une étoile lointaine, je ne sais pas, tout est semblable d’une manière ou d’une autre, c’est le même Mystère en quelque sorte, martelant, vibrant, palpitant, scintillant à travers moi, m’infusant, me donnant la vie, le même feu éternel en toute choses, le même silence insondable du cœur.

Pas de mots! Non, pas de mots! Encore aujourd’hui je suis rompu! Brisé et ouvert à la vie, vivant le cœur fissuré, déconcerté par le cil et le gros orteil, mystifié par l’hirondelle et l’aigle et ces grandes montagnes imposantes qui s’éclipsent au moment où j’écris, ces brins d’herbe d’été qui m’annihilent, ces étoiles lointaines semblables à des peluches à enlever sur les pulls d’hiver. Je suis déconcerté par l’ampleur des choses.

Mère, père, monde, ayez pitié de moi, je suis grand et je ne suis rien, je sais tout et j’ai oublié tout ce que je sais. Ayez pitié de moi, je suis né aujourd’hui, je suis une conscience vide à remplir de matins et de soirées solitaires, de connexion insupportable, de douces rencontres avec des amis, d’adieux et de bonjours de ce monde instable. J’ai quitté l’ancienne spiritualité une fois pour toutes. Je suis à nouveau vide mais plein d’hirondelles au crépuscule, de cils et de détritus, d’ordinaire et de radicalement banal, comme la manière dont la lumière fluorescente frappe le visage d’un ami dans l’allée des pâtisseries du supermarché, me coupant le souffle et me complétant pendant un instant. Cette manière dont le chagrin surgit à travers ma poitrine comme une comète en colère, perdue sur son chemin à travers des ténèbres infinies, un cœur infini, une vulnérabilité infinie. Me sentir en vie pendant un instant.

Oui, c’est la façon dont on se sent en vie.

Je ne sais pas vivre mais j’écoute.
Je ne sais pas aimer mais j’apprends.
Ayez pitié de moi, monde. Je suis un nouveau-né!

JEFF FOSTER

Traduction libre A.B.


SOURCE DE CETTE PUBLICATION: LifeWithoutACentre

AVIS | Prenez avis que les textes publiés sur ce blog le sont à titre informatif. Bien que je sois vigilante quant à la crédibilité de leur source, votre discernement doit prévaloir en tout temps. Or, je vous invite à ne retenir que ce qui résonne en vous, que ce qui vous fait du bien et à laisser aller tout ce qui ne vous convient pas. AB.


❤️ A n d r e e B o u l a y B l o g ❤️
RAYONNER SA BEAUTÉ INTÉRIEURE

Image par monicore de Pixabay
© 2019-2020 ANDREE BOULAY – TOUS DROITS RÉSERVÉS

Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes:

  • qu’il ne soit pas coupé
  • qu’il n’y ait aucune modification quant au contenu
  • que la SOURCE DE CETTE PUBLICATION soit mentionnée et relayée
  • que vous fassiez référence au site https://andreeboulay.ca

haut de page

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.