HERVÉ BIJAOUI : La nudité – leretouralame.com

Rayonner sa Beauté

Salut à tous chers Âme-is de Lumière ! 😌🙏✨

Aujourd’hui j’ai envie de vous parler de la nudité et donc du rapport que l’on entretien avec notre corps, notre humanité mais aussi notre sexualité car en réalité les trois sont intimement liés.

La relation au corps à été fortement dénaturé au cours des siècles, notamment depuis qu’a été implanté dans la conscience collective un certain nombre de croyances, dites « judéo-chrétiennes », qui ne sont autre qu’une interprétation déformée (plus ou moins volontairement) du sens originel des Textes Sacrés. En effet, il est dit dans la Bible qu’Adam et Eve ont quitté le paradis pour « chuter » dans ce qu’on pourrait appelé « le monde » et que pendant cette chute il se sont rendu compte qu’ils étaient nus et en ont ressenti de la honte… Alors qu’est-ce qui se cache derrière cette parabole qui a créée tant de malentendu et de souffrance ? En réalité, cela n’a rien avoir avec la nudité en tant que tel, il s’agit d’une description allégorique du cheminement de l’Être Humain à travers les âges : le « paradis » constituant l’état vibratoire, l’état de conscience d’unité et de pureté originelle dans laquelle nous sommes nés dans la matière, « l’arbre de la connaissance du bien et du mal », dont est issue le fameux « fruit défendu », représentant comme son nom l’indique, la porte d’entrée dans l’expérience de la dualité.

Une fois que cette compréhension essentielle a été rétablie, on observe également dans les Textes qu’il est tout à fait « normal » pour l’humain originel d’être nu, que c’est le Divin lui-même qui l’a conçu de cette manière et que la notion de nudité est associé à celle du paradis, le lieu qui est décrit comme étant le plus « proche » de la Lumière Originelle… Alors pourquoi en sommes-nous arrivés là ? Pourquoi en sommes arrivés à rejeter ce corps et à avoir autant honte de certains de ses attributs, à tel point que nous avons tout mis en œuvre pour les cacher ?

Revenons au tout début… au moment ou nous sommes sortis de la matrice maternelle, le « paradis » pour arriver dans le monde. Quand on regarde un bébé, on ressent à quel point il est pure innocence car il est encore dans cette conscience du « paradis ». Est-ce qu’il se demande même s’il est nu ? Bien sur que non. Est-ce que les adultes sont choqués de le voir nu ? Pas du tout. Alors pourquoi ce corps « nu » qui est perçu comme pur et tout à fait acceptable à la naissance et pendant l’enfance deviendrait-il subitement sale et indécent en grandissant ? La réponse nous renvoie inévitablement au rapport discordant que nous entretenons avec notre sexualité et au fait que nous nous sommes fait croire que cette dernière n’était pas digne, qu’elle était « sale ».

Le bébé (ou le jeune enfant) n’est pas encore pleinement « sexué » c’est pourquoi sa nudité est « toléré ». Et puis, petit à petit ses parents (et la société) lui font manger du « fruit défendu », ils transmettent à cet enfant leur conscience de dualité, notamment la croyance que certaines parties du corps comme les organes sexuels seraient honteuses. Cela se fait parfois de manière très claire et brutale par des conditionnements religieux ou culturels, et parfois très subtilement, quand on commence à mettre des sous-vêtements, puis des vêtements à un enfant, à lui demander de « s’habiller » ou de ne pas « se balader tout nu » à la maison, etc. Le reste de l’œuvre se faisant ensuite par les contraintes sociales que l’enfant ressent et absorbe comme une éponge à mesure qu’il découvre « le monde ». De cette manière on transmet à l’enfant le message conscient ou inconscient que son corps et principalement ses organes sexuels sont sales, indignes et donc qu’ils doivent être caché. Cependant le fait même de refouler un aspect de nous crée inévitablement une tension qui va un jour demander à sortir d’une manière ou d’une autre et aujourd’hui les 3/4 de l’humanité (si ce n’est plus) portent en eux une tension au niveau de leur corps et de leur sexualité, ce qui n’est pas sans conséquences dans les rapports qu’entretiennent les êtres entre eux, avec la nature et planète…

La nudité est on ne peut plus naturelle, saine, belle et joyeuse… Certains peuples « premiers » vivent nu depuis des éons sans même se poser la moindre question et de ce fait ils ont une sexualité qui est certainement plus saine que la plupart d’entre nous, ainsi que des modèles de société plus paisibles et bienveillants même si d’apparence plus « archaïques »… D’autre ont ressenti, dans un geste libérateur, le besoin de « jeter » leurs vêtements, ne serait-ce que le temps d’un été pour nous rappeler qu’il est temps de dédramatiser et même de « désexualisé » cette nudité et s’il sont souvent jugés et moqués, c’est là un beau et profond message qu’il ont à transmettre au collectif. Car rendez-vous compte chers amis… il est officiellement interdit et punissable dans notre société d’être « nu » dehors… il est interdit d’être à son état « naturel »… mais que révèle cette « loi » ? Ne cache t’elle pas en réalité une interdiction, plus subtile, d’Être simplement Soi, sans costumes, sans artifices, sans conditionnements ? De plus, quand on sait que les organes sexuels sont le siège de l’énergie créatrice de l’Être, on comprend aisément que ces croyances et interdits qui on été implantées dans la conscience des Êtres Humains constituent en réalité une tentative de les couper subtilement de leur énergie créatrice, leur pouvoir créateur et donc au final de leur souveraineté… C’est bien cela qui se cache derrière le malaise que provoque la nudité chez une grande majorité des êtres et si nous avons fait du chemin, nous n’avons, collectivement, pas encore libéré ces profonds conditionnements en nous… Si tel était le cas je crois sincèrement, qu’au moins sur les plages, les êtres se baigneraient nu de manière tout à fait évidente sans même qu’on ait besoin d’inventer le terme de « nudisme » ou « naturisme »…

Chers Amis, comprenez moi bien, je ne suis pas en train de vous prôner un mode de vie quelconque, qui dirait que nous devrions spécialement nous mettre à vivre nu, je suis simplement en train de vous dire que si nous étions pleinement équilibrés et alignés dans tout notre être, nous devrions être aussi à l’aise « habillé » que « nu » que ce soit seul avec nous même ou en collectivité et que nous devrions pouvoir croiser un corps nu sans trouver cela sale, indécent ou aguicheur mais simplement en reconnaissant cette nudité comme la plus pure et naturelle expression de l’Être dans la matière. Notre Soi « s’habille » d’une Âme, notre Âme « s’habille » d’un Corps et nous « habillons » ce Corps… pourquoi pas ! Que ces vêtements qu’on rajoute au corps soit source de créativité, de beauté, de joie, de sublimation… c’est merveilleux. Mais qu’ils ne soient pas une excuse pour cacher notre honte d’être nu, notre honte d’Être pleinement et totalement « humain », notre honte d’avoir une sexualité et donc un organe qui exprime toute la puissance et la jouissance de vivre dans la matière… Car à un niveau profond et inconscient il s’agit bien de cela, le seul et véritable problème avec la nudité étant cette croyance que la sexualité est mauvaise et qu’il faudrait réprimer cette part de nous qui est pourtant si naturelle, essentielle pas différente, en essence, du reste du corps…

Car le corps est un tout… et concrètement qu’est-ce qui différencie une main, un pied, une oreille d’un organe sexuel ? A part la forme, la fonction… rien ! Absolument rien, la même peau, les mêmes cellules, etc… alors pourquoi émettons nous un tel jugement de valeur ? En quoi une main est-elle plus intime qu’un sein ? Tout l’Être est écrit sur une main, les anciens le savaient, et certains on encore la connaissance de cette science… En quoi un pénis est-il plus intime que des yeux ? Les yeux sont les « fenêtre de l’Âme »… personnellement il me suffit d’un coup d’œil, d’un regard avec un être pour ressentir, au delà des mots, tout ce qu’il porte, ses parts éclairés comme ces parts d’ombres… Et pourtant, l’humanité entière, ou presque, à honte de cette partie du corps que seule la nudité révèle…

Pourtant, nous sommes tous à même d’apprécier les merveilleux corps, pelages, plumages ou autres incroyables robes dont sont parés nos Frères et Sœurs du Règne Animal ou Végétal, alors pourquoi ne serions nous pas à même d’être, à la même mesure, en amour et en admiration avec notre corps humain dans son expression originelle ? Qu’est ce qui ne va pas avec ce corps ? Avec cette peau ? Avec ces membres ? Certains dirons peut être « nous ne somme pas des animaux »… oui et non. Nous sommes effectivement, en tant qu’humain, un règne dont la conscience créatrice est plus élargie et développée, mais nous portons aussi en nous le règne animal, au même titre que le règne végétal et minéral, c’est un des étages de notre architecture intérieure et nous ne pouvons le retirer sans créer un déséquilibre, voir un effondrement. Nous avons ces corps de chair, nous avons ces organes sexuels et alors ? En quoi cela serait t’il un problème ? Qu’y a t’il à cacher ? Qu’y a t’il de honteux ?

Étant plus jeune, j’ai fait comme beaucoup l’expérience d’être complexé de mon corps, même très complexé, à tel point qu’enlever mon t-shirt sur une plage pouvait être une épreuve… Pourquoi ? Parce que j’avais honte de certaines parties de mon corps que je jugeait « mauvaises » ou « indignes »… Eh bien c’est exactement ce même jugement, cette même honte envers nos organes sexuels qui fait que collectivement nous cachons coute que coute notre nudité : c’est la définition même de la « pudeur ». Globalement nous avons plus ou moins accepté le reste du corps, on peut le voir sur les plages, dans les publicités, les affiches… cela ne choque plus personne de voir un homme ou une femme en sous-vêtement ou en maillot (qui d’ailleurs ne cachent plus grand chose), pourtant il y a peu de temps encore cela était perçu comme totalement obscène et ça l’est encore dans certaines parties du monde. Cependant, il reste encore à l’heure actuelle cette dernière barrière qui est le symbole du rapport conflictuel et déséquilibré que nous entretenons avec notre sexualité, notre corps et notre humanité, cette croyance encore fortement ancrée que la sexualité serait fondamentalement « mauvaise » et qui à un niveau profond est le résultat d’une « castration vibratoire » qui à été pratiqué sur l’humanité tout entière…

Alors, chers Âmis, peut être que la lecture de ce texte est pour vous l’occasion d’observer et de ressentir quel rapport vous entretenez avec la nudité, peut-être est-ce l’occasion de vous autoriser à apprivoiser, vivre, et aimer la nudité de ce corps sans plus en avoir peur, en laissant s’évacuer toutes les tensions, les brimades, les blocages, les interdictions, les carcans qu’il à pu porté et ainsi vous sentir pleinement à l’aise et chez vous dans ce Temple… Ce merveilleux vêtement que la Source, le Divin a confectionné pour nous avec un Amour infini, comme nous confectionnons un douce et enveloppante couverture pour un enfant à naître… ce même Enfant Divin pur et rayonnant que vous Êtes et n’avez jamais cesser d’Être…

Puisse chacun réintégrer la conscience de la pureté originelle que nous sommes, autant dans notre essence spirituelle que dans notre véhicule de chair car rien ne les différencie, si ce n’est nos croyances, nos illusions et nos jugements…

De Cœur à Cœur 💛💫💛 d’Âme à Âme
Hervé Bijaoui https://www.leretouralame.com/


Source: Hervé Bijaoui – Le Retour à l’Âme

AVIS | Prenez avis que les textes publiés sur ce blog le sont à titre informatif. Bien que je sois vigilante quant à la crédibilité de leur source, votre discernement doit prévaloir en tout temps. Or, je vous invite à ne retenir que ce qui résonne en vous, que ce qui vous fait du bien et à laisser aller tout ce qui ne vous convient pas. AB.


❤️ A n d r e e B o u l a y B l o g ❤️
RAYONNER SA BEAUTÉ INTÉRIEURE

Image par monicore de Pixabay
© 2019-2020 ANDREE BOULAY – TOUS DROITS RÉSERVÉS
haut de page

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.